Comment mettre en place les ‘green lanes’ ?

Ursula Von der Leyen, la présidente de la Commission Européenne, a rappelé qu’il était indispensable de fluidifier le transport international de marchandises, et elle a transmis aux états-membres des lignes de conduite à respecter en ce sens.

Pour éviter aux chauffeurs de perdre un temps considérable aux frontières (après l’Alsace, ce sont plusieurs points de passage entre pays d’Europe centrale qui sont devenus problématiques), la Commission demande aux états-membres de mettre en place des ‘corridors verts’ le long desquels un temps d’attente maximum de 15 minutes doit être respecté, en ce compris les éventuels contrôles sanitaires imposés aux chauffeurs (prise de température p.ex.). La Commission demande aux états de ne pas imposer aux chauffeurs de fournir d’autres documents que leur carte d’identité, leur permis de conduire et une lettre de mission signée par leur employeur, une version digitale de certains documents devant suffire.

En matière de contrôles sanitaires, la Commission demande aux état-membres de s’en tenir à une mesure électronique de la température, et d’éviter que le chauffeur ne doive quitter sa cabine. Si un chauffeur montre des signes de fièvre, l’état-membre qui le constate doit lui donner accès à des soins médicaux appropriés.

Ces corridors verts comprennent l’ensemble du réseau trans-européen de transport (TEN-T), mais peuvent s’étendre à d’autres postes-frontières jugés nécessaires pour éviter la saturation des premiers cités. Ils doivent être accessibles à tous les poids lourds, quelles que soient la marchandise transportée, la destination et la nationalité du véhicule et/ou du chauffeur.

Le long des itinéraires TEN-T, les états-membres doivent s’assurer que les chauffeurs disposent d’installations sanitaires et d’un accès à un repas.

Les états-membres doivent également suspendre temporairement toutes les interdictions de circuler. La Commission ne se prononce par contre pas sur l’assouplissement des règles liées aux temps de conduite et de repos. Seule exception : l’interdiction de prendre son repos hebdomadaire long en cabine est suspendue.

Mise en oeuvre

En Europe, la Commission propose et les états-membres diisposent. Dans ce cas particulier, l’ensemble des Ministres du Transport ont créé une plate-forme qui doit assurer la mise en oeuvre rapide des mesures demandées par la Commission. La Commission en appelle aux pays qui ne sont pas membres de l’Union Européenne (dont le Royaume-Uni) à se joindre à la démarche.

lisez aussi

Événements à venir

Vous ne recevez pas encore notre newsletter hebdomadaire ? Alors inscrivez-vous dès maintenant!

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
transport media logo