Coronavirus : les chauffeurs au centre des précautions

Le transport routier est indispensable à l’approvisionnement des magasins de première nécessité, et les chauffeurs routiers en sont le maillon indispensable. Voici les principales précautions à prendre… et les excès à éviter.

En fin de semaine dernière, plusieurs transporteurs ont signalé que leurs chauffeurs avaient été traités de manière inhumaine sur des lieux de chargement ou de déchargement : interdiction d’utiliser les toilettes et les autres installations sanitaires, réservés au personnel interne par exemple. TLV, Febetra et l’UPTR en appellent à tous les lieux de (dé)chargement de laisser leurs espaces sanitaires ouverts au chauffeurs, de manioère à ce que ces derniers puissent appliquer les mesures hygiéniques de base. Les trois fédérations demandent aussi au gouvernement fédéral de rendre cette mesure obligatoire.

Au niveau des entreprises, on conseille de prévoir des zones d’accueil délimitées pour le personnel entrant, avec accès à des installations sanitaires mais permettant le respect des précautions de ‘distanciation sociale’. La dématérialisation des documents de transport est aussi fortement recommandée, et l’on ne peut que regretter les maigres progrès réalisés depuis quatre ans avec le CMR électronique qui permet d’éviter bien des contacts physiques indirects.

Pour les chauffeurs qui rentrent de zones à risque, la FEB rappelle que l’entreprise ne peut pas mettre un membre de son personnel en quarantaine de sa propre initiative : « Cette compétence relève des autorités. Si l’employeur veut refuser à un travailleur l’accès au lieu de travail au simple motif qu’il a voyagé dans une zone touchée, cela peut être considéré comme une modification unilatérale du contrat de travail. En outre, l’employeur devra également continuer à payer la rémunération. » Si le travailleur présente des symptômes, il faut faire appel à la médecine du travail, attendre ses recommandations et faire en sorte d’empêcher la contamination dans l’entreprise.

Enfin, la circulation des marchandises est toujours possible entre la Belgique et tous ses partenaires commerciaux. Les choses peuvent changer d’heure en heure, mais actuellement, seuls quelques postes-frontière sont fermés entre l’Allemagne et la Pologne, alors que l’Allemagne commence à réaliser des contrôles d’accès aux principaux postes-frontières, avec prise de température, comme le signale TLV.

 

lisez aussi

Événements à venir

Vous ne recevez pas encore notre newsletter hebdomadaire ? Alors inscrivez-vous dès maintenant!

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
transport media logo