Gino Withofs : « Obligation sociale de continuer à rouler »

Bien qu’aujourd’hui Withofs Transport ne fonctionne qu’à 75 % de son volume normal, l’entreprise reste présente sur les routes : « En tant que société de transport, nous n’avons pas le choix. Nous ne pouvons pas fermer pour le bien-être de nos employés, même si cela suscite une certaine crainte pour nombre d’entre eux », déclare Gino Withofs.

Withofs Transport ressent également la crise liée au coronavirus. L’entreprise basée à Lanaken a constaté une reprise des fournisseurs de l’industrie automobile, de l’approvisionnement de l’industrie de la construction, des importations de Chine et du trafic intermodal avec l’Italie. « Nous vivons une période difficile. Cela change la donne pour nous tous. Chacun réagit différemment à la situation actuelle, qui change de jour en jour », explique Gino Withofs.

Désinfectant

Pourtant, Withofs a envoyé un message important. Si l’entreprise de transport n’est pas directement impliquée dans la chaîne d’approvisionnement alimentaire, elle fournit indirectement des produits (matières premières pour l’industrie de l’emballage, le désinfectant et les produits pharmaceutiques), des produits indispensables aujourd’hui : « Nous ne pouvons pas fermer pour le bien-être de nos employés, même si cela suscite une certaine crainte pour nombre d’entre eux. Ce ne serait pas juste par rapport à nos confrères. Nous devons tous apporter notre contribution pour que certains secteurs vitaux ne soient pas paralysés. Et j’espère que tout le monde verra cela comme une aide et non comme un gain d’argent pour l’entreprise. »

« En tant qu’entreprise, nous avons la responsabilité de garantir à nos employés un revenu minimum et, surtout, un avenir dans l’entreprise. Nous essayons d’appliquer du mieux possible les différentes recommandations. Nous les avons rassemblées dans un manuel, accompagné d’un ensemble d’EPI pour les chauffeurs, des gants jetables, du désinfectant et, lorsque c’était nécessaire, un masque, étant donné la disponibilité limitée. »

Contrôles aux frontières

Withofs Transport est situé à Lanaken, une commune frontalière avec les Pays-Bas. Un pays qui n’a pas encore pris de mesures strictes contre le coronavirus. « Ce qui me dérange en ce moment, c’est qu’il n’y a absolument aucune cohérence dans l’approche du virus en Europe. La stratégie des Pays-Bas à l’égard du coronavirus est diamétralement opposée à celle de la Belgique, avec pour conséquence des contrôles frontaliers. Il n’y a pas de coordination des informations. Pour suivre les nouvelles règles, il est presque nécessaire de recourir à plus de 10 sources différentes. Non seulement en Belgique, mais aussi dans les pays voisins. C’est très frustrant lorsqu’on est opérationnel au niveau international », conclut Gino Withofs.

lisez aussi

Événements à venir

Vous ne recevez pas encore notre newsletter hebdomadaire ? Alors inscrivez-vous dès maintenant!

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
transport media logo