MAN va supprimer 9500 emplois

A quelques jours d’une conférence de presse qui remplacera celle qu’il aurait dû organiser au salon IAA, MAN annonce une importante réorganisation qui passera par la suppression de 9500 emplois. Des mesures indispensables pour permettre au constructeur allemand, filiale de Traton, de retrouver les moyens d’investir dans son développement futur.

La situation financière de MAN est délicate : au sein du groupe Traton, sa rentabilité est nettement inférieure à celle de Scania depuis des années, et la crise du Covid n’a rien arrangé puisque le premier semestre s’est clôturé sur une perte de 387 millions d’euros. Les gros investissements consentis pour le lancement des nouvelles gammes n’ont pas encore pu se traduire dans les chiffres de vente, et le CEO Joachim Drees a dû céder sa place à Andreas Tostmann au début juillet.

Celui-ci, dont l’expérience antérieure se situe dans les domaines de la production et de la logistique, vient d’annoncer un important plan de réorganisation qui passe par une relocalisation de certaines activités de développement et de production au sein du groupe Traton. L’avenir même du site de production de Steyr (en Autriche) est remis en question, ainsi que celui de deux sites où les véhicules de série sont modifiés dans le cadre du programme MAN Individual (Plauen pour les bus and Wittlich pour les poids lourds). Au total, en fonction de l’issue des discussions qui seront menées avec les partenaires sociaux, 9500 emplois devraient être supprimés, principalement en Allemagne et en Autriche.

lisez aussi

Événements à venir

Ontvangt u onze wekelijkse newsletter nog niet? Schrijf u dan nu in!

  • Dit veld is bedoeld voor validatiedoeleinden en moet niet worden gewijzigd.
transport media logo