Marché de la semi-remorque : Plus cher, plus tard

Le marché du matériel tracté n’échappe pas aux hausses de prix et aux retards de livraison, même si une semi-remorque utilise (beaucoup) moins de composants électroniques qu’un poids lourd. Les hausses parfois spectaculaires de certains composants expliquent aussi des hausses de prix inévitables.

Les délais de livraison s’allongent, et ce n’est pas uniquement à cause d’une forte hausse de la demande. La vigueur de la reprise économique depuis la fin 2020 semble avoir pris tout le monde de court. « En 2020, nous avons vécu une période où tout le monde appuyait sur la pédale de frein et où les liquidités primaient sur tout le reste », explique ainsi Bart Vermaete (Chief Procurement Officer chez Stas.

Dépendance de la Chine

« La progression de la demande est pour le moment exponentielle et nous avons augmenté notre rythme de production de 4500 à 8000 semi-remorques par mois », explique Peter Van Holm chez Schmitz Cargobull Belgium. Travail en trois équipes au lieu de deux, embauche de travailleurs intérimaires, tout est bon pour faire face. Sauf que… en 2021 cela ne suffit plus. La situation est peut-être moins critique que dans le poids lourd (extrêmement dépendant de la fourniture de semi-conducteurs), mais les chaînes d’approvisionnement sont aujourd’hui mondiales, même pour des produits que l’Europe ou la Belgique pourraient produire elles-mêmes comme le bois. Résultat : non seulement les délais de livraison s’allongent mais le prix des fournitures s’envole.

Début juillet, Chereau signalait déjà que le prix moyen des pneumatiques avait augmenté de 8 %. Des éléments relativement simples comme des blocs d’éclairage ont renchéri de 8,5 % (sur les commandes en cours !). La hausse la plus spectaculaire est cependant celle de l’acier. « La reprise de la demande a été entre autres poussée par des projets d’infrastructures en Chine. Or, la Chine accapare 50 % de la production mondiale de certains aciers. C’est aussi un acteur important sur le marché de l’aluminium, et il faut encore prendre en compte les taxes imposées par l’Europe sur les importations chinoises et l’explosion des prix du transport maritime », poursuit Bart Vermaete. De quoi justifier des augmentations de prix à attendre pour les prochaines commandes, dans une marge qui pourrait se situer entre + 15 et + 20 %.

Hausse de prix de revient

  • Pneumatiques : + 8 %
  • Blocs d’éclairage : + 8,5 %
  • Fourgons, caisses frigorifiques : de + 9 à + 10 %
  • Aciers : + 70 à + 100 %
  • Bois, aluminium : jusqu’à 100 %
  • Transport d’un conteneur Chine > Europe… + 400 % au printemps, + 1000 % en été…

lisez aussi

Événements à venir

Sorry, no posts matched your criteria.

VOUS NE RECEVEZ PAS ENCORE NOTRE NEWSLETTER HEBDOMADAIRE? ALORS INSCRIVEZ-VOUS DÉS MAINTENANT!

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
transport media logo