Ninatrans et Katoen Natie étudient la logistique 24/7 en collaboration avec VIL

L’appel à un modèle 24 heures sur 24 dans le secteur de la logistique se fait entendre depuis des années, mais sa mise en œuvre pratique soulève encore de nombreux points d’interrogation. Avec le projet Warehouse 24/7, VIL a développé une méthodologie qui guide les entreprises à prendre les mesures nécessaires pour rendre la logistique possible jour et nuit. Ninatrans et Katoen Natie, entre autres, font l’objet d’études de cas. 

VIL lance un guide accompagné d’un tableau Excel, que les entreprises peuvent utiliser pour savoir comment mettre en place un modèle économique rentable 24/7 adapté à leur organisation. VIL est convaincu que l’évolution vers une telle activité continue de la chaîne logistique présente d’importants avantages sociaux – pensez à la réduction des embouteillages aux heures de pointe et des émissions – et que les entreprises elles-mêmes peuvent également bénéficier d’une capacité accrue et d’économies. Sous la direction de VIL, les entreprises intéressées peuvent lancer leur propre étude de cas dans laquelle un plan par étapes est appliqué à leurs propres activités et aux partenaires de la chaîne impliqués.

Une dizaine d’entreprises, allant d’opérateurs de terminaux comme MPET à des exploitants comme le Port d’Anvers, Katoen Natie et Colruyt, ont coopéré à l’élaboration du plan. Ninatrans a également rejoint le projet. La société a étudié la possibilité de transformer une partie de son site de Malines en un centre de distribution urbain fonctionnant 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Eddy Cooreman, lean manager chez Ninatrans, explique cette approche. « Sur notre site de Malines, nous voulons étudier les possibilités de développer une plate-forme à émission zéro pour la logistique urbaine. Grâce à Warehouse 24/7, nous avons pu élaborer une étude de cas pratique et tirer des enseignements de l’expérience de nos concurrents. Au cours du projet, nous avons eu un bon aperçu des avantages et des inconvénients de la logistique 24/7. Après tout, il nous faut une bonne vision des coûts supplémentaires éventuels, des risques additionnels, du déploiement de personnes supplémentaires et du nombre attendu de clients nocturnes. À l’aide d’un plan par étapes, on est capable de définir et évaluer ces défis. »

Chez Katoen Natie, l’objectif principal était de trouver des solutions 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 pour déplacer rapidement vers l’arrière-pays les gros volumes d’importation de marchandises diverses du terminal 1227 d’Anvers. Après tout, un nombre limité de postes d’amarrage crée des goulots d’étranglement dans le traitement des marchandises entrantes. Des opérations 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 pourraient permettre de faire sortir les marchandises du port plus rapidement. Cela nécessiterait le déploiement d’une équipe supplémentaire de 7 ETP, mais se traduirait par une capacité entrante supplémentaire de 14 %.

Mais entre le rêve et l’acte, il y a encore un obstacle pratique majeur. Si la logistique 24/7 veut vraiment avoir une chance de réussir en Flandre, il reste encore beaucoup à faire au niveau du cadre juridique : adaptation de la législation du travail pour les expéditeurs et les destinataires de marchandises où le travail de nuit est désormais en principe interdit, adaptation de la tarification routière pour orienter les flux et stimuler le transport de nuit, et mise en place d’incitants financiers pour faciliter le  » time shift « . Les études de cas réussies de VIL peuvent être utiles pour les discussions au niveau politique.

lisez aussi

Événements à venir

Sorry, no posts matched your criteria.

VOUS NE RECEVEZ PAS ENCORE NOTRE NEWSLETTER HEBDOMADAIRE? ALORS INSCRIVEZ-VOUS DÉS MAINTENANT!

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
transport media logo