Pour/Contre : Déploiement d’hyperloop dans nos régions

Allons-nous utiliser l’hyperloop pour le transport de marchandises ?

POUR – Maarten Vanneste, Manager Innovation, Denys

Début avril, une piste d’essai de 420 mètres de long a été achevée à Groningue, aux Pays-Bas, pour l’European Hyperloop Center. Spécialiste des projets de tunnels complexes, notamment, l’entreprise de construction gantoise Denys s’est chargée de l’installation et du montage des tubes hyperloop préfabriqués.

« Aujourd’hui, des modules de Hardt Hyperloop vont être envoyés dans cette infrastructure de test », explique Maarten Vanneste, membre du conseil d’administration du programme de développement Hyperloop. « En même temps, nous effectuons des analyses de rentabilité et sensibilisons les gouvernements en les informant. »

Quand la technologie sera-t-elle mature ? Et sera-t-elle également exploitable dans nos contrées ? « En Belgique, ce ne sera pas pour les 10 prochaines années. Une première application verra probablement le jour quelque part au Moyen-Orient. Mais les possibilités existent certainement chez nous aussi. C’est moins cher qu’une ligne à grande vitesse. À notre avis, hyperloop convient aux marchandises palettisées qui sont transportées par avion ou par camion, en particulier les ‘low-density high value goods’. »

Hardt Hyperloop a introduit le concept de Cargoloop il y a quelques années. Le transport de marchandises par tubes était alors proposé comme alternative aux modes de transport actuels. Voyez la vidéo sur le concept Cargoloop.

_

CONTRE – Valentin Carlan, chercheur au Département Transport et Economie régionale, UAntwerpen

Le monde de la recherche se montre plus critique. « Les principaux défis pour le déploiement d’un système hyperloop en Belgique sont liés à la taille du pays, à la géographie et à l’infrastructure de transport actuelle », explique Valentin Carlan.

« Hyperloop est efficace si vous avez suffisamment de distance pour atteindre la vitesse maximale pour laquelle le système est conçu. Ces vitesses énormes nécessitent un espace suffisant pour l’accélération et la décélération, afin de ne pas écraser les produits et/ou les passagers transportés. Je vous garantis que rien ni personne ne résisterait si la vitesse devait passer de 800 km/h à zéro sur une distance de quelques centaines de mètres.

Bien que certains pensent que la Belgique est relativement plate, le pays compte encore beaucoup de collines, de villes et de villages qui sont proches les uns des autres, ce qui impliquerait la construction souterraine de presque tout le système hyperloop. Les infrastructures de transport actuelles comme les chemins de fer et les voies navigables intérieures sont également assez bien développées. Une autre raison d’enfouir le réseau hyperloop, ce qui entraînerait donc des coûts de développement élevés.

La Belgique n’est pas un terrain de jeu approprié pour développer et lancer ce type de système. La capacité de transport disponible est suffisante et peut être utilisée pour remédier aux lacunes qui existent actuellement sur le marché. »

lisez aussi

Événements à venir

VOUS NE RECEVEZ PAS ENCORE NOTRE NEWSLETTER HEBDOMADAIRE? ALORS INSCRIVEZ-VOUS DÉS MAINTENANT!

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
transport media logo