Durabilité : A la recherche du ‘win-win’ vert

La prise de conscience écologique croissante des consommateurs et des décideurs politiques incite également les opérateurs logistiques à présenter un bon bulletin ‘vert’. L’adhésion des sous-traitants constitue aussi un des défis majeurs. Ces derniers se découragent souvent face aux coûts considérables que cela implique.

La sensibilisation écologique accrue des consommateurs fait en sorte que les marques se soucient de plus en plus de leur empreinte environnementale. Elles analysent dès lors l’impact écologique de leurs transports et attendent de leurs fournisseurs de services qu’ils modernisent et écologisent leurs propres processus et leur flotte. Pour les entreprises qui font appel à des sous-traitants, cela représente un défi supplémentaire : comment, en effet, les impliquer dans cette transition ?

L’approche de BD Logistics peut être source d’inspiration pour les entreprises qui se débattent avec cette question. L’entreprise s’engage à écologiser la logistique urbaine sous la marque ‘Urban’. Au cœur de cette approche se trouve un réseau de huit City Depots dans les grandes agglomérations urbaines. La collaboration avec des sous-traitants ‘verts’ est cruciale pour remplir les obligations du ‘Green Deal’.

« Vous devez avoir une relation solide à long terme avec vos sous-traitants si vous voulez mettre des exigences écologiques sur la table », déclare Kristof Gouvaerts, managing director. « Quelqu’un qui ne travaille pour vous qu’à la demande ne prendra pas le risque d’un investissement coûteux dans un équipement ‘vert’. En effet, le prix des investissements verts fait encore très peur. Le soutien du gouvernement est également encore trop limité. »

La carotte et le bâton

Ne rien faire n’est pas une option. Quelle est alors la solution ? « Il faut pouvoir proposer annuellement à ses sous-traitants un certain volume de base si on veut leur demander d’investir dans un véhicule vert, mais aussi faire preuve d’ouverture et de transparence. Vous devez être capable de faire miroiter une situation gagnant-gagnant à vos partenaires », explique K. Gouvaerts. « Dans cette situation, vous ne passerez pas en force. Mieux vaut agiter la carotte que le bâton. Un volume minimum garanti peut alors servir d’incitant. En tant que donneur d’ordre, vous prenez naturellement un risque, car vous ne pouvez pas toujours contrôler le volume à répartir. » Un autre incitant consiste à proposer des contrats de sous-traitance à plus long terme. Cela donne au sous-traitant la possibilité d’étaler ses investissements verts sur une plus longue période, ce qui peut abaisser le seuil d’accessibilité.

Le coût du verdissement ne peut cependant être sous-estimé. Par exemple, le coût d’un camion électrique est trois fois supérieur à celui d’un diesel. Mais l’aspiration des grands chargeurs d’investir dans des solutions de transport vertes ne fait que croître, stimulée ou non par les objectifs ambitieux que les actionnaires imposent aux entreprises.

La priorité est actuellement à l’écologisation de la logistique urbaine. Pour les tournées hors agglomérations, un verdissement complet du parc roulant n’est pas encore pour demain. Dans les zones rurales, les distances entre les adresses de livraison sont souvent trop importantes pour être rentables avec des véhicules électriques ou, a fortiori, avec des vélos cargo.

Les accords ‘verts’ sont donc par excellence une affaire que les entreprises doivent prendre en main elles-mêmes. Cependant, selon K. Gouvaerts, les décideurs politiques ne peuvent pas rester les bras croisés. « En Allemagne, le surcoût d’un E-truck par rapport à un camion ‘classique’ similaire peut être subventionné à 85 %. Si nous voulons créer des centres-villes sans CO2 en Belgique, nous devons commencer à réfléchir à des mesures similaires. »

Surcoût ‘acceptable’

Répercuter entièrement le surcoût des solutions écologiques sur le client n’est pas une option. Le consommateur n’attend pas que les frais de livraison triplent. Notons toutefois qu’une augmentation de ce coût de 15 à 20 % pour des raisons de durabilité serait considérée comme acceptable par le grand public.

lisez aussi

Événements à venir

Sorry, no posts matched your criteria.

VOUS NE RECEVEZ PAS ENCORE NOTRE NEWSLETTER HEBDOMADAIRE? ALORS INSCRIVEZ-VOUS DÉS MAINTENANT!

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
transport media logo