Barry Callebaut Chocolate Box : Un centre de distribution mondial de 120 000 palettes

The Barry Callebaut Chocolate Box, le nouveau centre de distribution mondial de Lokeren, est un élément clé de la stratégie de l’entreprise pour une croissance durable sur le marché du chocolat professionnel.

« En 2016, le département logistique de Barry Callebaut a eu l’opportunité de procéder à une analyse stratégique de ses propres opérations. Pour ce faire, il a fallu se projeter 15 ans en avant et tenir compte des objectifs stratégiques. Ceux-ci supposaient une augmentation annuelle du chiffre d’affaires de 5 % avec un accent particulier sur les marchés émergents où une croissance plus rapide est possible », explique Willy Raemdonck, responsable du site de The Barry Callebaut Chocolate Box.

« Chaque intervention doit se concentrer sur l’innovation et l’amélioration de l’efficacité. Le résultat doit également être durable sur les plans environnementaux et sociaux en ce qui concerne les salariés et la société. Croissance, innovation, maîtrise des coûts et durabilité sont les quatre piliers de notre stratégie », ajoute Korneel Warlop, porte-parole de Barry Callebaut.

Objectif : Consolidation des entrepôts

Lorsque l’analyse a été réalisée en 2017, le chocolatier disposait de son propre centre de distribution à Alost pour les produits finis emballés, relié aux usines de Wieze et d’Alost ainsi qu’à des entrepôts satellites chez des partenaires logistiques, mais finalement, les sept entrepôts externes étaient responsables de la moitié du stockage. « En continuant de la sorte, avec la croissance que nous envisagions, nous aurions dû utiliser un entrepôt supplémentaire presque chaque année. Cela aurait rendu la situation à chaque fois plus complexe avec davantage de transports inter-sites et une plus grande probabilité d’erreurs. C’est pourquoi nous avons examiné deux options : un nouveau centre de distribution européen que nous gèrerions nous mêmes ou une externalisation complète de la logistique. Nous avons opté pour la première option en remplaçant huit entrepôts par un nouveau site », explique Willy Raemdonck.

Emplacement

Un paramètre important dans cette décision était la situation géographique. Lokeren est à un jet de pierre de l’ancien entrepôt d’Alost. L’ensemble des 80 salariés de l’ancien centre de distribution y travaille déjà et 40 personnes supplémentaires ont été recrutées. Barry Callebaut n’en poursuit pas moins le recrutement de nouveaux employés.

La Chocolate Box est également proche des grandes usines de Wieze et Halle. « Mais ce qui est peut-être plus important encore, c’est que 65 % de nos clients sont situés dans un rayon de 500 kilomètres autour de ces emplacements. Par ailleurs, nous constatons que les marchés émergents sont un pôle de croissance important. La proximité avec le port d’Anvers est donc aussi un plus », justifie Korneel Warlop.

Tous les produits emballés, chocolatés et décoratifs, sont stockés dans l’entrepôt. « Pour augmenter l’efficacité du transport, nous gardons également un stock d’emballages et d’ingrédients tels que le sucre et le lait en poudre qui vont vers les usines. De cette façon, nous pouvons faire des allers-retours avec des camions pleins », précise Willy Raemdonck.

Efficacité

Le nouvel entrepôt abrite plus de 2 570 types de produits différents et 85 % de ceux-ci sont embarqués par palettes entières. Les 15 % restants sont généralement des décorations pour pâtisseries que Barry Callebaut expédie également par boîte. Il s’agit d’emballages très légers que les préparateurs de commande manipulent avec beaucoup de soin. Barry Callebaut dispose désormais d’un entrepôt à grande hauteur dans lequel des palettes entières peuvent être stockées de manière entièrement automatique. « C’est la première fois que Barry Callebaut investit dans un entrepôt automatique. Il y a de la place pour 83 000 euro-palettes, mais nous avons également conservé un très grand entrepôt traditionnel d’une capacité de 40 000 palettes. Ce sont des chariots à mât rétractable qui sortent les palettes des rayonnages, tandis que les zones de picking sont situées au niveau du sol. D’ici la fin de l’année, il y aura dans la Chocolate Box 45 000 palettes de produits finis et 10 000 palettes de matières premières et d’emballages. A ce moment-là, le stock de l’ancien centre de distribution et des entrepôts externes aura été entièrement transféré. Par ailleurs, l’ensemble de l’entrepôt a été conçu pour 120 000 palettes, ce qui nous laisse de la marge pour les années à venir », se réjouit Willy Raemdonck. La gestion des mouvements du magasin est confiée à un nouveau système SAP Extended Warehouse Management.

Bâtiment à énergie positive

L’entrepôt a été développé par WDP en étroite collaboration avec Barry Callebaut. C’est inhabituel, mais les installations automatisées du bâtiment restent également la propriété du promoteur. Barry Callebaut s’est engagé sur un bail de 12 ans. « Nous avons l’habitude de louer et de renouveler les contrats par la suite. Là, je suppose que nous sommes bons pour plus de vingt ans. »

Il n’y a pas que l’automatisation poussée qui soit importante : le centre de distribution est le tout premier entrepôt du Benelux à avoir reçu un certificat Breeam Outstanding. « Nous voulons être précurseurs dans ce domaine. Je suis très heureux que nous ayons réussi à construire un bâtiment à énergie positive. Grâce à une isolation de 16 cm, des panneaux solaires, une utilisation maximale de la lumière du jour, la géothermie et les techniques les plus récentes en matière de HVAC, nous parvenons à couvrir les besoins énergétiques et à maintenir la température constante à 18°C. Mais pour obtenir le score Breeam le plus élevé, il faut également obtenir de bons résultats pour ce qui concerne les mesures sociales et environnementales, par exemple. »

Résultat

Lors de l’élaboration du business case pour la construction du nouvel entrepôt, la balance entre les coûts et les revenus grâce aux gains d’efficacité était crucial. « Après quelques mois, nous sommes déjà à l’équilibre, alors que nous nous étions donnés un an pour y parvenir. Nous pouvons déjà compenser les coûts supplémentaires pour le nouveau centre de distribution en traitant plus rapidement les commandes et en réduisant les erreurs. A l’avenir, cet effet de retour sur investissement ne fera que croître à mesure que nous traiterons plus de volumes dans l’entrepôt, sans compter que nous voyons encore des possibilités d’amélioration des processus opérationnels. »

Texte : Peter Ooms

lisez aussi

Événements à venir

Sorry, no posts matched your criteria.

VOUS NE RECEVEZ PAS ENCORE NOTRE NEWSLETTER HEBDOMADAIRE? ALORS INSCRIVEZ-VOUS DÉS MAINTENANT!

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
transport media logo